Coronavirus : dans l’Argentine des pauvres, les rues sont vides, les ventres aussi

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

« Avant je ne recevais que les enfants de la favela. Maintenant, il y a des travailleurs au chômage technique. » En Argentine, Carina tient une cantine populaire et voit de ses yeux ce que le confinement fait aux plus démunis, qui se débrouillent comme ils peuvent, entre solidarité et maigre aide de l’État.

Lire la suite

Reportage

/
,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*