Il n’y a pas d’écologie sans justice

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Le meurtre de George Floyd et l’embrasement de la colère aux États-Unis rappellent que le racisme se traduit également dans le champ écologique, les plus pauvres — souvent les non-blancs — étant les plus exposés à toutes les nuisances du « développement » économique.

Depuis une semaine, la révolte embrase les États-Unis. Le meurtre de George Floyd le 25 mai, lent, filmé, conscient, a été le crime de trop. Le crime qui s’ajoute aux 264 morts noirs tués par la police dans ce pays en 2019, aux vingt mille morts (…)

Lire la suite

Édito

/
,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*