Les kayakistes au service de la protection des rivières en lien avec le FCRS, un partenariat qui a du sens !

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Les kayakistes au service de la protection des rivières en lien avec le FCRS, un partenariat qui a du sens !

Le financement participatif organisé par Eauxvives.org, le site francophone des sports d’eau vive à permis de générer un don de 1 000 euros sur la totalité des fonds collectés.

Ce don a été versé cette semaine au Fonds pour la Conservation des Rivières Sauvages pour aider le Collectif 05 et tout particulièrement deux magnifiques rivières gravement menacées par la construction de microcentrales hydroélectriques.

Grace à ce don nous relançons le travail engagé sur l’édition d’un document pour expliquer les enjeux de la préservation des rivières dans les massifs montagneux dans le contexte du dérèglement climatique qui accentue le « Stress Hydrique »  même sur les têtes de bassin.

Aidez à sauver la Biaysse et la Clarée, potentiellement éligibles au Label “Site Rivières Sauvages” ! Vous aussi, associations, particuliers et entreprises vous pouvez aider le Fonds pour la Conservation des Rivières Sauvages et le Collectif 05 :

La menace de l’hydroélectricité pour les rivières alpines

Les rivières des Alpes ont été massivement artificialisées par les barrages hydroélectriques de toutes tailles, depuis le premier ouvrage d’Aristide Bergès en 1869 au pied du Massif de Belledonne en Isère. Aujourd’hui il y a environ 500 installations de production d’électricité sur 8830 kilomètres de rivières alpines françaises. De fait, à peine 51 % des « masses d’eau » sont en « bon état ».

Il reste moins de 800 kilomètres en excellent « état écologique », soit moins de 10 % du linéaire total. Le réchauffement climatique y est plus rapide qu’ailleurs, entrainant une baisse de production des microcentrales, déjà constatée et qui va s’accélérer.

Aujourd’hui plus de 100 projets de développement de petites centrales sont répertoriés dans le massif alpin français. Les rivières les plus sauvages des Alpes sont menacées par le développement de la petite hydro-électricité y compris dans les Parcs naturel régionaux, les Parcs Nationaux, sur les cours d’eau classés, sur les zones Natura 2000.

Ceci malgré la restauration des cours d’eau et des zones humides lancée avec la DCE à partir de 2000, qui oblige les États à stopper toute nouvelle dégradation des milieux aquatiques ; et malgré les nouvelles orientations de la convention Alpine qui préconisent le renforcement de la préservation de la ressource en eau et des « rivières sauvages ».

En France la mobilisation s’organise

Nos ultimes rivières intactes, en particulier dans les Alpes sont un « patrimoine commun de la Nation». Au moment où nous comprenons mieux la nécessité de protéger et restaurer notre biodiversité, nous devons éviter de développer des centrales hydroélectriques sans intérêt significatif pour la transition énergétique sur les rivières alpines en excellent état de conservation, c’est indispensable.

Face à cette situation une mobilisation s’organise, le Collectif haut-alpin pour la protection des torrents et rivières regroupe des associations, des syndicats professionnels et de citoyens attachés à la défense de la nature et des pratiques sportives et de loisirs durables autour de torrents et de rivières libres.

Nous nous associons à eux, nous devons soutenir son action.

Vous pouvez soutenir le Collectif 05 en diffusant dans vos réseaux l’information et en faisant un don au Fonds pour la Conservation des Rivières Sauvages.

Ailleurs en Europe, une mobilisation plus structurée porte ses fruits

150 ONG viennent de signer un manifeste appelant l’Union européenne à stopper les financements publics pour de nouveaux projets d’hydroélectricité. Lire le manifeste

En Albanie, le gouvernement a annoncé officiellement l’abandon du projet de grand barrage sur la Vjosa, et un projet de Parc national « Rivières Sauvages » est à l’étude. Plus d’infos

En Bosnie-Herzégovine, le parlement de la Fédération a interdit la construction de 214 minicentrales sur son territoire (la moitié du pays), et la République serbe de Bosnie réfléchie à stopper 147 projets. Plus d’infos

Suivre la campagne Save the blue heart of Europe : balkanrivers.net

Photos : Yannick Véricel, Laurent Nicolet, Oblak Aljaz – Dessin : Seppo Leinonen

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*