« Notre histoire s’est bâtie pour partie sur des violences populaires »

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

En France, violence populaire et violence d’État semblent s’opposer catégoriquement. Pourtant, comme l’explique l’autrice de cette tribune, notre histoire est ambivalente : elle s’est construite pour partie sur des violences populaires, ensuite légitimées et même commémorées.

Mathilde Larrère est maîtresse de conférence en histoire contemporaine, spécialiste de la citoyenneté, des révolutions et du maintien de l’ordre. Quand un journal titre sur la violence d’une journée de manifestation, il y a de fortes (…)

Lire la suite

Tribune

/
,
,
,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*